Le jour où les bancs publics ont repris Paris

IMG_2602Ils sont de retours et on dit déjà que 2013 sera leur année. Ils, ce sont donc les bancs, les fameux bancs publics dont on dépossède nos villes et nos quartiers lentement mais surement.

Rues ou places, ils n’ont plus le droit de citer, boutés hors du territoire urbain pour laisser la place à un autre type de mobilier que l’on dit urbain mais dont l’urbanité n’est que perfide tromperie à l’image des panneaux publicitaires dont nos édiles raffolent…

A Paris, dans un espace public vendu comme un immeuble à la découpe au profit de grands groupes privés (Bolloré ou Decaux pour ne citer que deux amis du maire de la capitale…), le Festival des Utopies Concrètes et Quartiers en Transition sont samedi 5 janvier passés à l’action. Avec une seule idée en tête : montrer que le banc reste le plus bel objet de convivialité, d’invention des possibles et de liens retrouvés dans nos villes où prime uniquement l’hypermobilité 2.0 et le culte de la consommation.

L’espace d’une matinée, dans le 18ème, rue Championnet, des bancs en carton sont venus rappeler que prendre son temps, faire une pause, se parler, se rencontrer étaient autant de faits et gestes eux aussi en voie de disparition.

Alors désormais ouvrez grands les yeux et tendez l’oreille : un jour dans une semaine ou dans un mois, dans votre quartier ou dans votre rue, quelques bancs fabriqués par l’un d’entre nous, quelques notes de jazz jouées par le Squat Cats’ Jazz Band vous inviteront à nous rejoindre pour se réapproprier l’espace public et en faire un véritable espace partagé.