L’accorderie – Échanger et coopérer

https://festivaldesutopiesconcretes.org/wp-content/uploads/2012/09/Logo-Accorderie-fr-1024x409.png 1024w, https://festivaldesutopiesconcretes.org/wp-content/uploads/2012/09/Logo-Accorderie-fr-600x240.png 600w" sizes="(max-width: 300px) 100vw, 300px" />

 Née en 2002 au Québec, l’Accorderie est un concept solidaire qui vise à lutter contre la pauvreté et l’exclusion et à favoriser la mixité sociale.

Il repose sur un principe simple et original : proposer aux habitants d’un même quartier de se regrouper pour échanger entre eux des services, sur la base de leurs savoir-faire et ce sans aucune contrepartie financière.

 Concrètement, un Accordeur qui effectue, par exemple, une heure de dépannage informatique se voit attribuer un crédit de temps qu’il peut ensuite utiliser comme bon lui semble pour obtenir l’un des services proposés par d’autres Accordeurs de son quartier : des conseils pour cuisiner, la restauration de meubles, l’apprentissage de sports, etc…

 Chaque échange de services est comptabilisé dans une banque de temps, selon le principe « une heure de service rendu vaut une heure de service reçu », quels que soient le service rendu et les compétences exigées.

 Dans la banque de temps, chaque Accordeur dispose d’un compte-temps où sont inscrites les heures données et reçues. La comptabilité se fait à partir de chèques-temps.

 LES PRINCIPES DE BASE

1) Une heure de service rendu vaut une heure de service reçu

2) L’échange repose sur le temps et non l’argent

3) Équilibre dans les échanges

4) De l’échange et non du bénévolat

5) Prise en charge de l’organisme par les Accordeurs

DE L’ÉCHANGE DE SERVICES À TROIS NIVEAUX

Premier niveau : l’échange individuel

L’échange de type individuel peut se faire entre deux Accordeurs ou entre un Accordeur et un petit groupe d’Accordeurs. Le temps échangé est inscrit directement du compte d’un Accordeur à un ou plusieurs autres comptes d’Accordeurs.

 Deuxième niveau : les activités collectives d’échange

Les activités collectives d’échange sont des services d’intérêt « général » qui s’adressent à l’ensemble des Accordeurs. Ce qui les caractérise, c’est que L’Accorderie sert d’intermédiaire, c’est-à-dire qu’elle reçoit des heures et en débourse pour le service offert.

Ces activités collectives d’échange peuvent prendre différentes formes (ex : un groupe d’achats).

 Troisième niveau : l’échange associatif

L’échange de type associatif a pour objectif de faire fonctionner une Accorderie en s’appuyant sur les services offerts par les Accordeurs. Elle rémunère chacun d’entre eux avec du temps dès qu’il y a participation à l’organisation et au fonctionnement d’une Accorderie ou à ses activités courantes. Dans l’échange associatif, L’Accorderie est toujours l’acheteur.

 L’ACCORDERIE DE PARIS 19EME :

Située en plein cœur du quartier Flandre, dans la rue de Crimée, l’Accorderie de Paris 19ème est portée par la Régie de quartier du 19ème, association et entreprise d’insertion agréée par l’Etat, ayant pour objectif d’améliorer le cadre de vie des habitants et de créer des liens entre eux.

Ayant démarré ses activités en septembre 2011, l’Accorderie de Paris 19ème compte, à fin août 2012, près de 370 membres. Le nombre d’échanges réalisés est d’environ 760 (échanges individuels et associatifs confondus), représentant environ 1100 heures échangées. Le nombre de services différents proposés est d’environ 400.